Conservation des ressources

La Gestion responsable® incite les entreprises à trouver des façons novatrices d’éliminer les déchets, d’améliorer leur efficacité énergétique, de conserver les ressources et de réduire leurs émissions durant tout le cycle de vie de leurs produits – de la conception, la production et la distribution jusqu’à leur utilisation par les clients, pour ne citer que ces étapes.

Mesures prises par les membres de l’ACIC pour conserver les ressources

L’industrie canadienne de la chimie est très innovante et reconnue mondialement comme la meilleure de sa catégorie en matière d’efficacité énergétique et de réduction de l’intensité des émissions de carbone. Grâce à un suivi rigoureux de la consommation d’énergie au cours des 34 dernières années, les membres et les partenaires de l’ACIC ont mis en place des systèmes structurés de gestion de l’énergie et ont pris des mesures pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs activités.

Une recherche menée par l’Agence internationale de l’énergie révèle que pour chaque unité d’émission de GES découlant de la fabrication de produits chimiques, la production et les technologies utilisées par l’industrie donnent lieu à une réduction nette de 3,1 unités d’émission durant le cycle de vie d’un produit – de l’extraction de matières premières et de combustible à l’utilisation finale, en passant par la production et jusqu’à la gestion en fin de vie.

En utilisant les nouvelles technologies, ce ratio s’établit à plus de 4:1. Les secteurs du bâtiment, des transports, de l’énergie, de l’agriculture, de la climatisation et de la réfrigération comptent parmi les technologies émergentes les plus importantes qui aident le monde à passer à une économie à faibles émissions de carbone. Des études montrent que les émissions mondiales seraient inférieures de plus de neuf gigatonnes d’équivalents CO2 par année si ces technologies étaient exploitées de manière optimale dès maintenant. C’est plus de 12 fois les émissions annuelles du Canada.

Déchets

Lorsque l’ACIC a commencé à déclarer les déchets en 1990, ses membres produisaient plus de 87 200 tonnes de déchets dangereux destinés à l’élimination. Depuis, ils ont réduit les déchets dangereux destinés à l’élimination à 28 500 tonnes, soit une réduction de 67 %. Nos membres ont également établi des programmes ambitieux pour limiter l’élimination des déchets dans les sites d’enfouissement.

Praxair : Programme « Zero Waste to Landfill »

Le programme Zero Waste to Landfill de Praxair vise à détourner plus de 90 % des déchets de procédé des sites d’enfouissement pour plus de 250 de leurs sites, au moyen de méthodes comme l’incinération pour la récupération d’énergie. En 2018, plus de 45 000 tonnes de déchets ont été détournées des sites d’enfouissement. Depuis 2011, le programme a permis d’économiser plus d’un million de dollars. Le programme « Zero Waste to Landfill » contribue à étendre la mission et les valeurs de Praxair et à promouvoir les pratiques d’économie circulaire. Dans bien des cas, le programme apporte des avantages sociaux aux collectivités locales, de l’éducation à la création d’emplois.

Utilisation de l’eau

Grâce à diverses méthodes de traitement des eaux usées, de nombreux membres de l’ACIC retournent l’eau dans l’environnement plus propre que lorsqu’ils l’ont trouvée. Le tableau ci-dessous montre les différentes méthodes de traitement de l’eau utilisées par nos membres.

Jungbunzlauer : Projets d’économie

Afin de lutter contre la pollution de l’eau liée à l’industrie et d’éviter une aggravation de la situation mondiale de l’approvisionnement en eau, Jungbunzlauer investit dans des projets d’économie d’eau et cherche constamment à améliorer ces processus afin de maximiser la réutilisation de l’eau. L'entreprise exploite des usines de traitement des eaux usées à la fine pointe de la technologie et s’efforce de réduire continuellement les déchets et d’optimiser le recyclage des flux de déchets. Étant facilement biodégradables et écologiques, ses sous-produits peuvent être utilisés dans la construction et l’agriculture, ainsi que dans la fabrication de biogaz.

Evonik Canada : Élimination de l’acide sulfurique dans les rivières

À la fin de 2018, le site Maitland d’Evonik Canada a installé une nouvelle technologie qui a permis d’éliminer 98 % d’acide sulfurique, éliminant ainsi la possibilité d’un rejet dans le fleuve Saint-Laurent. La matière avait été assujettie au Règlement sur la réduction des toxiques de l’Ontario en raison des dangers associés à la matière et des volumes auxquels elle était utilisée sur place. Le projet a permis d’éliminer les émissions estimées d’environ 15 Mt par année dans la rivière.

NOVA Chemicals : Réduction des phosphates

Pour améliorer la qualité de l’eau, NOVA Chemicals s’efforce de réduire la quantité de phosphate dans l’eau résiduelle afin que l’eau des effluents soit plus propre lorsqu’elle est retournée à sa source. Il a réussi à réduire le phosphate de 30 à 40 p. 100 à son site de Joffre, en Alberta, en utilisant une approche différente de l’inhibition de la corrosion et il continue d’étudier d’autres façons possibles de réduire davantage le phosphate. Ses efforts, qui vont au-delà des exigences réglementaires, seront finalement appliqués à tous les sites de NOVA Chemicals.

Partenariats avec les membres : Réduction de la consommation d’eau

À la fin de 2018, les membres voisins de l’ACIC, CCC Sulphur Products et LANXESS, ont finalisé les plans pour un projet de réutilisation et de récupération de la vapeur. Cela permettrait le captage et la réutilisation du condensat et entraînerait une réduction importante des besoins en eau de traitement pour ces deux installations.

Partagez-nous sur votre plateforme sociale préférée